imprimer

Fiche 64 – Préserver et valoriser son éco-capital

Ce qu’il faut savoir

L’éco-capital est un concept venu des pays anglo-saxons. Il consiste à donner une valeur économique au capital écologique d’une région. Une fois cette valeur appréciée et ses dynamiques connues, on pourra définir les actions à mettre en place pour le préserver et le faire fructifier.

Quelques éléments clefs

ECOCAPITAL

Le paysage des terrils à Rieulay (crédit photos : Laurent Guesquière)

Qu’est-ce que l’éco-capital ? 

L’éco-capital est le capital écologique et patrimonial d’un territoire. Ce capital évolue ; au cours des temps il peut s’amenuiser, être stable ou se développer.

Il se marque par sa biodiversité et la richesse des espèces (la rareté et le prix symbolique ou scientifique qu’on y attache), ses biotopes, l’interaction humaine, ses paysages, des lieux d’émotion et d’harmonie.

On peut l’estimer en euros. Il ramène chaque année des intérêts que sont, par exemple, la venue des touristes, des actions de communication, des installations de personnes ou d’entreprises sur le territoire.

 

Connaître son éco-capital pour l’estimer

La première action sur un bien que l’on possède est d’en connaître la valeur. Pour cela, une estimation est indispensable pour les éléments suivants :

  • Biotopes et Biodiversité
    • quelles espèces et biotopes sont présents ? ;
    • quel est le prix de ces espèces (rareté, valeur symbolique, impact positif ou négatif sur les écosystèmes) ? ;
    • quelles sont leurs dynamiques (stables, en régression,…) Pourquoi ?
  • Paysages
    • Quels sont leurs diversités, qualité, équilibre ? ;
    • Quelles sont leurs dynamiques, leurs évolutions (positives et négatives), quelles sont les causes de leurs  dynamiques ? ;
    • Y-a-t-il des lieux d’exception à forte valeur ?
  • Interactions humaines
    • Positives ou négatives sur les biotopes et les paysages ? ;
    • Richesses historiques et culturelles liées à cette interaction homme – nature ?.  

 

Ce diagnostic de l’éco-capital permet aussi de hiérarchiser et d’en estimer la valeur marchande. 

 

Réinvestir dans l’éco-capital pour le protéger voire le faire fructifier

La seconde action possible sur l’éco-capital est de le préserver voire de le faire fructifier :

  • Le protéger pour éviter les dynamiques négatives : sensibilisations, formations, interdictions, mesures de protection,… ;
  • Le faire fructifier pour en améliorer la valeur : développement des biotopes, recolonisation, reforestation, réintroduction d’espèces, traitement paysager.

 

Que peut faire un Office de tourisme ? ou les 4 I

Eco Capital

 

  1. Informer : informer correctement les touristes et les habitants sur la richesse et la fragilité des milieux, les attitudes à avoir, les sites ou biotopes à voir et les conditions de protection, les produits touristiques de découverte de ce capital écologique ;
  2. Intéresser : construire et proposer une politique d’avantages intéressant le touriste à réaliser certaines actions de protection (réduction, cadeau, avantages divers, vélo prêté,..) ;
  3. Inciter : les touristes et les habitants à participer directement ou financièrement à des actions de protection ou d’amélioration du capital écologique, inciter les professionnels à construire des produits de découverte et de sensibilisation ;
  4. Initier et participer à  différentes politiques et réflexions sur le territoire : autour de la préservation  des biotopes, de la réimplantation de plantes emblématiques locales, du patrimoine culturel lié à la nature,…. Un cadre de travail comme un Agenda 21 peut fortement favoriser cette action. 

Haut de page

Sites Internets

A télécharger

Nord innovation territoires
Contact

Prise de pouvoir du consommateur, Révolution numérique, Baisse de la fréquentation, Evolution du système de classement,... Les Offices de tourisme font aujourd’hui face à des... Lire la suite