imprimer

Fiche 45 – Le chauffage des bâtiments

Ce qu’il faut savoir

Le choix du mode de chauffage d’un bâtiment est un élément crucial pour son fonctionnement économique et écologique futur. Lors d’un projet, différentes possibilités s’offrent au maître d’ouvrage : électricité, énergie fossile ou énergie renouvelable. Il convient alors de connaître les différents avantages et inconvénients pour faire un choix adapté au contexte et aux évolutions futures. 

Quelques éléments clefs

L’importance du choix énergétique du chauffage d’un bâtiment

Le mode de chauffage choisi pour un bâtiment est un élément influant fortement sur le confort des occupants, le coût et la performance écologique. Ce choix énergétique se décline sur :

  • le mode de chauffage,
  • la production de l’eau chaude sanitaire (ECS),
  • éventuellement le refroidissement

Se chauffer à partir des énergies fossiles : chauffage au fioul et au gaz

Ce sont les moyens de chauffage traditionnels à énergie non renouvelable, le gaz est le moyen de chauffage le plus utilisé en France. Ils sont fortement émetteurs de gaz à effets de serre.

On distingue :

  • Le « gaz naturel », composé principalement de méthane à forte efficacité énergétique mais à très fort pouvoir émetteur en gaz à effet de serre ;
  • Le gaz propane : c’est un gaz de pétrole liquéfié transportable en bouteille et en citerne. Plus pratique mais bien plus cher que le gaz dit naturel (il suit le cours du pétrole).

Des systèmes de production de chaleur de plus en plus performants

Les systèmes de chaleur sont de plus en plus performants. Le système des chaudières à condensation (à gaz ou au fioul), au lieu de rejeter des fumées chaudes, refroidit celles-ci jusqu’à les rendre liquides, pour en récupérer la chaleur et la diffuser dans le bâtiment.

Se chauffer à partir de l’énergie électrique

C’est le plus cher des modes de chauffage. En France, cette énergie est produite essentiellement de manière nucléaire (85 %). Son coût de mise en sécurité et un parc vieillissant laissent penser à une augmentation conséquente du prix du KWh pour les prochaines années.

comparatif_prix_energies_mars_2013_0

Evolution du coût de énergies (source SOeS – Propellet France – Mars 2013)

Se chauffer à partir des énergies renouvelables

Ces énergies sont principalement le bois, le solaire et la géothermie.

Le bois

Le bois est utilisable par :

  • un poêle ou un insert (appoint),
  • une chaudière à bois. Cette dernière peut avoir les mêmes fonctions qu’une chaudière à gaz ou au fioul avec des rendements identiques. Le système de circulation d’eau chaude est identique à celui des autres types de chaudière.

Le combustible peut être sous forme de :

  • bûches,
  • plaquettes,
  • granulés (pellets).

L’installation d’une chaudière à bois nécessite :

  • La possibilité d’une réserve de stockage accessible ;
  • Des conditions d’hygrométrie acceptables pour stocker le combustible ;
  • Un investissement plus important. Cet investissement est largement compensé par le coût de fonctionnement (3 fois moins cher que l’électricité ou le gaz propane, 2 fois moins cher que le fioul et dont l’écart s’accentuera encore dans les années futures) ;
  • La présence d’une filière économique locale avec du bois produit à proximité de manière durable (renouvellement de la forêt) afin d’éviter un impact écologique. 

FLAMME VERTEA noter : Le label Flamme Verte qualifie l’efficacité énergétique et écologique des équipements de chauffage au bois.

 

Le solaire

Le solaire est une énergie directe utilisée :

  • en bioclimatique avec les vitrages : il assure, par effet de serre, un apport calorique très important pour un bâtiment et peut réduire très fortement les besoins en apport de chauffage ;
  • par des panneaux solaires thermiques : ils permettent, lorsque le soleil brille, de produire de l’eau chaude pour alimenter une production d’eau chaude sanitaire et/ou un plancher chauffant. Il doit être utilisé combiné avec une autre source énergétique (quelle qu’elle soit).

Pour mettre en place des panneaux solaires thermiques, il faut : 

  • Une exposition au Sud ;
  • Si le toit est en pente, une inclinaison  entre 20° et 45° environ ;
  • Un dimensionnement par rapport à l’ensoleillement (les régions du Sud reçoivent 30 à 50% de rayonnement solaire de plus que le Nord de la France, il faut donc compenser par la surface). Pour autant, de nombreux pays nordiques utilisent fortement ce principe de production énergétique. 
CARTE SOLAIRE

Le Gisement solaire en France (Source : ADEME)

 

QUALISOL A noter : Le label Qualisol permet de garantir la qualité de l’installateur.

La géothermie par les pompes à chaleur sol-eau

L’utilisation de la géothermie (chaleur produite par le sol) repose principalement sur l’installation d’une pompe à chaleur reliée à un réseau souterrain de captage de l’énergie gratuite puisée dans le sol. La source première d’énergie est donc l’électricité.

Cette pompe à chaleur restitue les calories prises dans le sol. Elle doit être associée à un autre type de chauffage dont elle permet de faire des économies importantes (division par 3 au minimum).   

Pour mettre en place une pompe à chaleur géothermique, il faut :

  • Un terrain important pour faire passer le réseau de tuyau (à environ 1,50 m de la surface) ou pouvoir faire un trou profond (complexe, en particulier en milieu urbain) ;
  • Se raccorder sur un système de diffusion d’eau chaude (radiateur ou, plus efficace, sur un plancher chauffant ou sinon installer des ventilo-convecteurs qui diffuseront la chaleur directement dans la pièce).

Il existe également des pompes à chaleur air–eau qui puisent les calories dans l’air. Elles sont cependant plus soumises à la température extérieure mais diminuent très nettement les consommations électriques.

Le système de pompe à chaleur peut être réversible. En été le système peut, en effet, produire du froid. ll s’agit cependant de rafraichissement.

A noter : Les labels NFPac et QualiPac vous permettront de vérifier la qualité du matériel et de la prestation offerte

Faites un pré-diagnostic ou un diagnostic

Le diagnostic et/ou l’audit thermique est une étude visant à identifier la quantité d’énergie effectivement consommée ou estimée pour une utilisation du bâtiment et à l’assortir de recommandations pour en améliorer le fonctionnement.  

Cette étude comprend essentiellement :

  • Une étude de l’isolation (enveloppe du bâtiment) ;
  • Une étude des moyens de chauffage et, éventuellement, de refroidissement des bâtiments ;
  • Une étude sur la production d’eau chaude sanitaire.

On distingue :

Le pré-diagnostic

Le pré-diagnostic consiste en un état des lieux de votre structure avec l’identification et la hiérarchisation des enjeux.

Le diagnostic

Le diagnostic consiste en un examen approfondi de la situation de votre Office et une étude des solutions et des propositions envisageables au sein d’un programme d’actions hiérarchisées.

Le diagnostic énergie obligatoire lors de la vente d’un bien immobilier (DPE) 

Ce diagnostic fera apparaître la consommation énergétique du bien immobilier et effectuera une comparaison avec des situations de référence (affichage en classe de performance énergétique et en CO2). Il fournira également des recommandations et des priorités sur les travaux pour  améliorer la performance énergétique.

Ce diagnostic est obligatoire lors de la vente d’un bien.

Article L134-1

Le diagnostic thermique d’un bâtiment ou d’une partie de bâtiment est un document qui comprend la quantité d’énergie effectivement consommée ou estimée pour une utilisation standardisée du bâtiment ou de la partie de bâtiment et une classification en fonction de valeurs de référence afin que les consommateurs puissent comparer et évaluer sa performance énergétique. Il est accompagné de recommandations destinées à améliorer cette performance.

Article L134-2Lors de la construction d’un bâtiment ou d’une extension de bâtiment, le maître de l’ouvrage fait établir le diagnostic mentionné à l’article L. 134-1. Il le remet au propriétaire du bâtiment au plus tard à la réception de l’immeuble.

Effectuer un diagnostic plus poussé

Le diagnostic DPE est cependant assez succinct. Il est souhaitable d’aller plus loin avec une véritable étude thermique, un audit énergétique et/ou une étude de faisabilité en énergies renouvelables.

Etude thermique

C’est une analyse approfondie prenant en compte tous les dispositifs consommateurs d’énergie présents dans le logement comme le chauffage, l’isolation, la circulation de l’air, les équipements…Cette étude comprend généralement une analyse thermographique du bâtiment permettant de repérer les sources de déperdition de chaleur.

Audit énergétique

L’audit énergétique mesure en détail  les différents postes énergétiques d’un bâtiment. Il hiérarchise les solutions possibles, identifie dans les grandes lignes les solutions techniques adaptées et précise les résultats attendus en chiffrant les coûts et les impacts avec fiabilité.

Il existe une méthodologie nationale développée par l’ADEME pour les audits énergétiques.

Etude de faisabilité en énergie renouvelable

Une étude de ce type porte sur le potentiel de développement des énergies renouvelables, lesquelles sont définies  les énergies éolienne, solaire, géothermique, aérothermique, hydrothermique, marine et hydraulique, ainsi que l’énergie issue de la biomasse, du gaz de décharge, du gaz de stations d’épuration d’eaux usées et du biogaz.

A noter : La loi Grenelle 1 a introduit l’obligation de réaliser une étude de faisabilité relative au développement des énergies renouvelables, incluant un volet « réseaux de chaleur », pour toutes les nouvelles actions ou opérations d’aménagement soumises à étude d’impact. Introduite à l’article L128-4 du Code de l’urbanisme, cette disposition est applicable depuis juillet 2009.

Haut de page

A lire

Contacts

Pour les aides possibles, notamment dans le cadre des diagnostics, renseignements auprès de l’ADEME de votre région.

ADEME Direction régionale Nord-Pas-de-Calais

Centre tertiaire de l’Arsenal 20, rue de Prieuré 59500 DOUAI
Tél : 03 27 95 89 70 / Fax : 03 27 95 89 7
Mail : ademe.nord-pas-de-calais@ademe.fr

Sites Internets

  • DIAGADEME, le portail des aides à la décision Energie-Environnement de l’ADEME
  • Le CD2E (Création Développement des Eco-Entreprises)
  • CERDDLe CERDD, Portail du développement durable pour les acteurs du Nord Pas de Calais
  • QuelleEnergie.fr

A télécharger

Nord innovation territoires
Contact

Prise de pouvoir du consommateur, Révolution numérique, Baisse de la fréquentation, Evolution du système de classement,... Les Offices de tourisme font aujourd’hui face à des... Lire la suite