imprimer

Fiche 32 – L’éclairage artificiel

Ce qu’il faut savoir

L’éclairage artificiel complète l’éclairage naturel d’un lieu. Il doit permettre d’assurer un éclairement suffisant pour assurer une activité professionnelle, tout en rendant l’ambiance nécessaire à un lieu d’accueil du public.

Pour réussir cela, le mélange des éclairages principaux et secondaires est indispensable. Ce projet doit pouvoir également s’articuler avec le volet « économie d’énergie ». 

Quelques éléments clefs

Les 3 grands principes de l’éclairage artificiel : ambiance, travail, modulation

Les principes de l’éclairage d’ambiance

Pour rendre une pièce douce et agréable à vivre, il faut installer

  • une ou plusieurs sources lumineuses principales et économiques,
  • complétées par des éclairages localisés de plus faible intensité.

Ceci permettra de créer : une luminosité suffisante, une ambiance générale, une valorisation de la décoration.

Les principes de l’éclairage de travail : suffisant et modulable

Il doit être suffisant pour accomplir des tâches de lecture et de bureau. Pour cela, il faudra compléter l’éclairage général avec des sources d’éclairage ponctuel posées.

Conditions d’éclairage pour une activité professionnelle de bureau

Pour exercer correctement son activité professionnelle, le salarié doit pouvoir disposer d’une quantité et d’une qualité de lumière adaptée à sa tâche. La quantité d’éclairage ou éclairement est évaluée en lux : c’est la puissance lumineuse reçue par une surface (un lux = 1 lumen/m²). Le Code du travail (article R4223-4) indique les quantités minimales requises pendant la présence du personnel dans les lieux :

 

Code du travail

AFE

Terminal d’ordinateur

 

300 lux

Travail de bureau

200 lux

300 lux

Voies de circulation intérieure

40 lux

 

Escaliers et entrepôts

60 lux

 

Locaux de travail, vestiaires, sanitaires

120 lux

 

Zones et voies de circulation extérieures

10 lux

 

Pouvoir moduler

La lumière artificielle doit pouvoir être modulable et varier avec l’intensité de l’éclairage naturel. Pour cela, on utilise essentiellement des variateurs au niveau des interrupteurs ou des prises si les lampes ne sont pas pourvues d’un système de variation. Des solutions d’automatisation existent également en domotique.

Attention, les ampoules fluo-compactes ne sont pas compatibles avec les variateurs !

Office de tourisme de Roubaix – éclairage général et éclairage complémentaire (UDOTSI)

Office de tourisme de Roubaix (source : UDOTSI Nord)

Quelques éléments techniques à connaître

L’intensité lumineuse varie en fonction de la couleur et de la composition des murs d’un bâtiment

L’intensité lumineuse d’un espace varie en fonction de la nature des matériaux. Plus les matériaux sont clairs et lisses, plus leur capacité à réfléchir la lumière est importante (indice de réflexion entre 0 et 1 – exemple : un mur blanc a un indice de 0,7).

L’angle de dispersion des spots d’éclairage : un point capital pour donner une ambiance

Le spot d’éclairage est devenu l’éclairage numéro 1 des lieux recevant du public. On le trouve aujourd’hui en trois catégories :

  • Les spots halogènes,
  • Les spots fluo-compacts,
  • Les spots LED (parmi ces derniers, différentes technologies sont en train de se développer).

Pour souligner une ambiance, on doit souvent utiliser des cônes de dispersion faible (< à 90°). Aujourd’hui, seuls les spots halogènes et LED permettent des rendus esthétiques.

L’éclairage doit pouvoir s’associer avec les économies d’énergie

Il est important d’intégrer son projet d’éclairement dans un cadre de fonctionnement économique et écologique durable. De plus, la législation européenne limite progressivement l’utilisation des ampoules énergivores.

Les différents types d’éclairage artificiel et leur performance

Fiche32_tableau

Comparaison entre spot halogène et spot LED (source : Altéa)

Comparaison entre spot halogène et spot LED (source : Altéa)

Comment dimensionner une installation d’éclairage et son coût ?

On calcule pour cela le rendement global.

Formule RENDEMENT GLOBAL = Nombre de lux souhaités x surface de la pièce x rendement de l’appareil  x facteur de réflexion de la pièce.

L’éclairement est la mesure en lux permettant de définir si une pièce est correctement éclairée. Pour calculer l’éclairement donné pour une ampoule, il faut connaître le nombre de lumens et la surface de la pièce. Ensuite calculez le nombre de lux nécessaire, sachant que Lux = Lm/m²

Exemple : pour une pièce de 40 m² en teinte claire (indice de réflexion de 0,7) où l’on veut obtenir un éclairement de 300 lux  avec des ampoules ayant un rendement de 0,7, on obtient :

300 lux × 40 m²× 1/0,7 × 1/0,7 = 24 490 lumens

Soit environ 25 ampoules fluo-compactes de 16 W

Quelques conseils pour une activité visuelle confortable

  • Eviter l’éblouissement direct ou indirect ;
  • Eviter les ombres portées sur le plan de travail ;
  • Utiliser une composition spectrale de la lumière adaptée à la tâche :
    • blanc chaud < 3500° K (lampes à incandescence)
    • blanc neutre > 3500° K < TC < 5000° K
    • blanc froid > 5000° K (lumière naturelle) souvent associé à des éclairements > 500 lux ;
  • Assurer un équilibre des luminances dans le champ visuel. Le Code du travail prévoit que le rapport des luminances entre la zone de travail et l’éclairement général doit être compris entre 1 et 5 (article R4223-6 du Code du travail).

Attention aux risques d’un mauvais éclairage

Un éclairage inadapté peut entraîner :

  • une baisse de l’acuité visuelle,
  • une diminution du champ visuel,
  • une baisse de la vision du relief,
  • une baisse de la vision des couleurs,
  • une source importante de fatigue.

A savoir sur les LEDS : l’ANSES (Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire) préconise fortement de choisir des ampoules LEDS dites de « blanc chaud » et d’éviter les ampoules émettant une lumière blanche tirant sur le bleu. En effet, les lumières bleues peuvent être associées à des troubles oculaires pour les populations à risque (enfants et personnes travaillant longuement sous lumière bleue).

Haut de page

A lire

  • Guide de l’éclairage intérieur des lieux de travail – Dossier 1 – Vision et ergonomie visuelle – AFE, Editions Lux (septembre 2009)
  • Guide de l’éclairage intérieur des lieux de travail – Dossier 2 – Bâtir un projet durable – AFE, Editions Lux

Sites Internets

A télécharger

Nord innovation territoires
Contact

Prise de pouvoir du consommateur, Révolution numérique, Baisse de la fréquentation, Evolution du système de classement,... Les Offices de tourisme font aujourd’hui face à des... Lire la suite